samedi 29 novembre 2008

Transitionnelles....huile novembre 2008


En m'inspirant du travail de Viera Da Silva...

jeudi 27 novembre 2008

samedi 22 novembre 2008

TESTAMENT...

Je lègue à mes amis un bleu céruleum pour voler haut
un bleu de cobalt pour le bonheur
un bleu d'outremer pour stimuler l'esprit
un vermillon pour faire circuler le sang allègrement
un vert mousse pour apaiser les nerfs
un jaune d'or : richesse
un violet de cobalt pour la rêverie
une garance qui fait entendre le violoncelle
un jaune barite : science-fiction, brillance, éclat
un ocre jaune pour accepter la terre
un vert Véronèse pour la mémoire du printemps
un indigo pour pouvoir accorder l'esprit à l'orage
un orange pour exercer la vue d'un citronnier au loin
un jaune citron pour la grâce un blanc pur: pureté
terre de Sienne naturelle: la transmutation de l'or
un noir somptueux pour voir Titien
une terre d'ombre pour mieux accepter la mélancolie noire
une terre de Sienne brûlée pour le sentiment de durée
(Viera da Silva, "Le Testament")

vendredi 14 novembre 2008

Etude 1 acrylique /encre/pastel sec novembre 2008


Un coin de l'atelier : pur pretexte pour tirer des lignes...à la manière de Viera Da Silva

dimanche 9 novembre 2008

Exercices à venir autour du travail et à la manière de Maria Héléna VIERA DA SILVA

Née à Lisbonne en 1908, l’artiste portugaise s’est exilée en France dès 1928 où elle a été une des fondatrices de l’école de Paris. En 1930, elle épouse le peintre hongrois Arpad Szenes (mort en 1985). D’abord figurative, au milieu des années 1930, Maria Helena Vieira da Silva ébauche son style en forme de patchwork qui la rendra mondialement célèbre. En 1938, elle accueille dans son atelier parisien le jeune peintres, Nicolas de Staël. C’est dans les années 1950 qu’elle se positionne comme un peintre de premier plan. Elle est morte à paris en 1992.

« Ses toiles reflètent son goût pour les surfaces divisées baignant, surtout à partir des années 1970, dans la lumière si caractéristique du Portugal. (…) Souvent à la frontière entre figuration et abstraction, le monde de cette artiste en quête d’infini est construit à partir d’unités colorées et de lignes qui s’enchevêtrent en créant des espaces labyrinthiques. On pense parfois à Lisbonne, sa ville natale, même si elle y a fort peu vécu. »

Sur le plan des origines, comme de l'esthétique, l'œuvre de Vieira da Silva est une victoire du cosmopolitisme. Comme elle se plaît à le dire, les influences auxquelles elle est soumise « sont diverses et contradictoires », et elle a pris son grain là où il lui a plu de le prendre.

La peinture se présente à elle surtout comme un engagement total de soi mais encore comme un instrument de connaissance.

samedi 1 novembre 2008

Résilience... acrylique octobre 2008







avec la participation de Véro et Hélène pour le choix du morceau..."turtle blues" dédié à Zoé...