mercredi 17 décembre 2008

Si l'on sait exactement ce qu'on va

faire, à quoi bon le faire ?

Pablo Picasso

7 commentaires:

dess_project@hotmail.com a dit…

J'adore. C'est génial.

Amitiés,

Michel

filledufeu a dit…

Vive la vie non planifiée,je te souhaite plein d'imprévus!

Proserpine a dit…

Et ben..... Pour le faire !!!! Ahh... Ce Picasso....
Bisous en passant !!!

Anonyme a dit…

Personne qui savait ce qu'il souhaitait faire avant de le faire. Et même plus... une fois terminé qui peut savoir ce qu'il a voulu...
Vive le ressenti, l'émotion qui agence le geste, ce qui se déroule à l'instant T de créer, telle est liberté choyée, dès lors, avant ou après : peu d'intérêt, ne reste plus qu'à contempler, partager voire interpréter. Zoé

Rénica a dit…

Michel :
contente de ton passage !

Proserpine :
oui pour le faire mais ça ne suffit pas...

Fille du feu,Zoé : oui à l'imprévu de temps en temps pour le piment, oui à la découverte de soi, à l'instant T , cette urgence qui démange, qui pousse à poser ses pinceaux sur la toile et le partage après...

LPX a dit…

ça me parle à moi aussi qui ne sais jamais ce que va devenir une toile quand je la commence.C'est d'autant plus existant qu'on est à la fois le peintre et le spectateur.Bon,là ça démange,j'y retourne!A plus

vangauguin a dit…

... Mais "sait" on jamais "exactement" ce qu'on va faire?...